Faute professionnelle en chirurgie plastique en Turquie


Un V. Emir Aksoy LL.M, LL.M. IP

Tourisme médical et faute professionnelle en chirurgie plastique en Turquie

Le nombre de cas de faute professionnelle en chirurgie plastique est en augmentation, car un nombre croissant d'étrangers viennent en Turquie à des fins de tourisme médical. La Turquie est largement considérée comme un centre touristique, car le pays offre un large choix de stations balnéaires et différents types de tourisme dans différentes régions. Bien que le tourisme régulier ait été touché par le Covid-19, le secteur du tourisme médical est toujours en plein essor, bénéficiant principalement de prix compétitifs et d'une bonne qualité de service, ce qui a permis à la Turquie de conforter sa position comme l'un des principaux acteurs en matière de tourisme médical. , en particulier la chirurgie plastique.

Il existe de nombreux centres médicaux et cliniques avec des normes professionnelles et de luxe élevées permettant aux patients de sélectionner leurs médecins et cliniques parmi une large sélection de choix (une liste officielle des centres agréés est disponible auprès du ministère de la Santé). website). Bien que le secteur soit assez bien établi et que la qualité du service soit de haut niveau, les patients peuvent toujours rencontrer certains problèmes et résultats indésirables, en particulier dans les chirurgies esthétiques où cela peut conduire à une réclamation pour faute professionnelle en chirurgie plastique.

Il convient de noter ici que la plupart des opérations sont réalisées avec succès à la satisfaction du patient, et les cas entraînant un résultat indésirable sont rares. Néanmoins, il peut y avoir des résultats négatifs malheureux dus soit à la négligence ou au manque d'expérience du médecin opérant, soit à une mauvaise communication entre le médecin et le patient, ce qui peut entraîner de graves conséquences financières, physiques et émotionnelles négatives pour le patient.

Réclamations pour faute médicale

Dans les cas où un patient soupçonne une faute professionnelle médicale, y compris une faute professionnelle en chirurgie plastique, commise par le médecin traitant ou le personnel médical de soutien, il est important de comprendre et de déterminer les droits et obligations des médecins, car cela aidera en retour le patient à comprendre leurs droits découlant d'une éventuelle réclamation pour faute professionnelle en chirurgie plastique.

Il existe des lois distinctes en place attribuant les obligations et les responsabilités des professionnels de la santé en Turquie et la «faute professionnelle» est reconnue par la loi comme une infraction. En conséquence, les professionnels de la santé en Turquie ont en fait des responsabilités légales et pénales en cas de négligence et de faute professionnelle commises contre les patients dont ils ont la charge.

Réclamations pour faute professionnelle en chirurgie plastique

Il convient de noter ici que la responsabilité et les obligations du médecin découlant de la loi seront différentes selon le type de traitement et/ou d'opération effectué sur le patient, ce qui modifiera le type de relation établie entre un médecin et le patient. Par exemple, dans le cas où l'opération médicale est effectuée en raison d'une nécessité médicale, la relation entre le médecin et le patient constituerait un accord de procuration. Dans ce cas, le médecin ne promet pas un certain résultat et ne peut être tenu responsable du résultat.

Cependant, si une opération esthétique, ou chirurgie plastique, est pratiquée uniquement pour des raisons de beauté, la relation contractuelle entre le médecin et le patient change, car elle ne peut plus être qualifiée de relation de procuration. Malheureusement, la loi ne désigne pas clairement le type de relation qu'une telle opération entraînera.

Toutefois, selon la jurisprudence de la Cour d'appel, si une opération esthétique ou de chirurgie plastique est pratiquée dans le seul but de rendre la patiente plus belle et/ou de modifier son apparence physique, la relation contractuelle entre le médecin et la patiente sera doivent être désignés comme un contrat de travail (également appelé contrat de construction, et à ne pas confondre avec le contrat de travail) comme indiqué à l'article 470 de la loi turque sur les obligations. Un contrat de travail est un accord dans lequel l'entrepreneur est tenu de réaliser un résultat et le client est tenu de payer une rémunération pour ce travail.

En raison du « résultat promis » dans cet article susmentionné, les médecins effectuant des opérations de chirurgie plastique uniquement pour des raisons de beauté peuvent être tenus responsables si le résultat promis diffère fortement du résultat. En conséquence, en cas de faute professionnelle en chirurgie plastique, le patient aura le droit de réclamer une indemnisation pour les dommages pécuniaires et non pécuniaires, s'il peut être prouvé qu'il existe des différences matérielles entre le résultat promis par le médecin et les résultats réels obtenus au fin de l'opération, et/ou si le patient souffre de blessures temporaires/permanentes à cause de l'opération. Cela s'étend également au décès d'un patient à la table d'opération ou pendant le processus de récupération post-opératoire.

Or, il s'agit d'infractions graves, tant au regard du droit privé que du droit pénal, et par conséquent, toute prétention en ce sens devra être prouvée devant un tribunal compétent. En conséquence, l'un des aspects les plus importants dans une réclamation pour faute professionnelle en chirurgie plastique est d'établir et de prouver un lien de causalité entre le comportement fautif violant le contrat de travail et le résultat indésirable.

Conclusion

Comme indiqué ci-dessus, les réclamations pour faute professionnelle médicale, en particulier les cas de faute professionnelle en chirurgie plastique, sont des infractions graves, et les juger avec succès devant un tribunal nécessite une expertise sur le sujet. Il convient également de noter que, conformément à l'article 147/6 du code des obligations turc, le délai de prescription est de cinq ans à compter de la date de la chirurgie esthétique concernée, ce qui signifie que toute réclamation pour faute professionnelle en chirurgie plastique devra être intentée devant un tribunal avant l'expiration de ce délai de 5 ans.

Puisqu'il s'agit d'un sujet sensible incluant la santé d'une personne, il convient d'être extrêmement prudent avant d'entreprendre toute action en justice, afin d'éviter une procédure judiciaire prolongée, et il est fortement recommandé de consulter un avocat spécialisé pour déterminer la meilleure marche à suivre. Si vous souhaitez obtenir plus d'informations à ce sujet, n'hésitez pas à nous contacter par le biais de notre page Web.

Select Language »