INVESTISSEMENT EN CAPITAL EN TURQUIE

Un V. Ali Yurtsever

1. SURVOL

Au cours des dernières années, plusieurs développements différents, à la fois transnationaux et nationaux, ont eu pour effet de faire de l'investissement en capital en Turquie une perspective plus souhaitable et plus accessible pour les investisseurs étrangers. Ces développements vont des changements sociopolitiques mondiaux aux problèmes économiques internes que la Turquie a connus ces dernières années, ce qui en fait un endroit abordable et attrayant pour les investisseurs étrangers pour faire des investissements en capital, principalement en raison des faibles coûts d'investissement initiaux et de la situation géographique de Turquie.

2. INVESTISSEMENT EN CAPITAL ETRANGER EN TURQUIE

Il y a relativement peu de restrictions imposées sur les investissements en capital en Turquie, et la Turquie a également pris des mesures pour alléger les complexités et les procédures que les étrangers doivent suivre pour s'intégrer et/ou s'installer en Turquie. Il est important de noter que les étrangers sont autorisés à faire librement des investissements en capital en Turquie et sont même autorisés à détenir la pleine/propriété exclusive d'une société de capitaux.

Bien que les procédures de constitution aient été simplifiées au fil des ans, les investisseurs étrangers peuvent encore avoir du mal à comprendre et à naviguer dans les règles, les procédures et les formalités bureaucratiques qu'ils peuvent rencontrer lorsqu'ils tentent d'apporter leurs investissements en capital en Turquie. Le résumé ci-dessous devrait vous éclairer sur ce à quoi les investisseurs potentiels doivent s'attendre lorsqu'ils investissent en Turquie.

a) Choisir le bon type d'entreprise

Bien que la législation autorise la constitution de « sociétés personnelles » (où les propriétaires de sociétés sont entièrement responsables, avec leurs actifs personnels, de toutes les dettes de la société), les sociétés de capitaux sont la forme la plus courante d'entités commerciales en Turquie utilisées par les entreprises locales et étrangères. investisseurs. Les sociétés par actions (JSC) et les sociétés à responsabilité limitée (semblables aux « LLC » ou « LLP » dans le monde) sont les deux types d'investissements en capital les plus courants en Turquie. Les deux principales différences entre ces types d'entreprises sont les suivantes :

b) Investissement en capital en Turquie – À quoi s'attendre ?

Bien que la Turquie ait pris des mesures pour simplifier les procédures de constitution depuis 2018, cela peut encore sembler complexe aux non-initiés. L'image ci-dessous fournit un bref résumé visuel des principales étapes nécessaires pour constituer une société en Turquie :

  • Étape 1 – Rédaction : Cette étape est la phase de préparation initiale où l'investisseur doit décider du type d'investissement (l'entreprise). Il est important que l'investisseur décide du type d'entreprise qui convient aux besoins et aux exigences de l'investissement prévu. Prendre une décision éclairée ici sera crucial pour l'investisseur afin d'économiser un temps et des coûts précieux.
  • Étape 2 – Compte bancaire : Comme indiqué ci-dessus, il existe une différence cruciale entre les deux types de sociétés, à savoir l'obligation de déposer le capital social initial avant la constitution. Pour les LTD, aucun paiement initial du capital de la société n'est requis, et par conséquent cette étape 2 et l'étape suivante 3 peuvent être entièrement ignorées pour être traitées après la constitution. Cependant, pour les incorporations JSC, un compte de blocus de capital devra être ouvert dans une banque locale après la soumission initiale des documents. Cela peut être l'étape la plus problématique en fonction de la nationalité de l'investisseur ainsi que de la ou des personnes qui seront nommées administrateurs / gérants de la société à constituer en Turquie.
  • Étape 3 - Dépôt de capital : Comme indiqué en détail à l'étape 2, cette étape ne sera requise que pour les incorporations JSC. En conséquence, au moins ¼ ​​du capital engagé de la société doit être déposé sur le compte de blocus de capital de la société avant l'étape de soumission finale.
  • Étape 4 - Soumission finale : Une fois que tous les documents sont prêts, tous les documents doivent être physiquement soumis au Registre du Commerce, où les actionnaires de la société seront également tenus de signer les statuts de la société nouvellement constituée (cela peut également être géré à distance avec des mandataires désignés). Le registre du commerce examinera la demande et approuvera la constitution si tous les documents sont en règle. Une fois le registre du commerce approuvé, la société sera officiellement constituée.
  • Étape 5 - Soumissions fiscales : Il s'agit d'une autre étape cruciale et manquée par de nombreux nouveaux investisseurs étrangers. Suite à l'approbation du registre du commerce et à la constitution de la société, il est crucial que la société soumette les demandes d'enregistrement au bureau des impôts et à la sécurité sociale dans les meilleurs délais, afin d'éviter de payer des amendes à ces institutions.

3. POURQUOI INVESTIR EN TURQUIE ?

La situation géographique unique de la Turquie, associée à de faibles coûts d'investissement, en fait un lieu attrayant pour les investissements étrangers. Son union douanière avec l'UE permet un accès direct au marché de l'UE.

En raison de sa situation géographique unique, la Turquie peut également servir de plaque tournante, offrant un accès facile à 1.3 milliard de personnes en Europe, dans la région MENA et en Asie centrale dans un rayon de 4 heures de vol.

La Turquie a un large accès au marché mondial au carrefour entre l'Europe, l'Afrique et l'Asie, ce qui en fait une plaque tournante efficace pour accéder aux marchés internationaux du monde entier. La Turquie dispose également d'une solide infrastructure manufacturière, allant du secteur automobile aux machines et équipements électroniques, à la défense, à l'agriculture et aux produits frais. Les exportations de la Turquie ont atteint 225 milliards de dollars en 2021, selon le Bureau d'investissement en Turquie, ce qui met davantage en évidence sa capacité de production.

4. CONCLUSION

Bien que cet article vise à résumer les règles et procédures régissant l'investissement en capital en Turquie, il ne doit en aucun cas être considéré comme un guide complet et complet de la constitution d'une société. De nombreux problèmes doivent être pris en compte lors du choix des options qui conviennent le mieux à l'investissement prévu, et toute mauvaise gestion de la préparation ou des processus de soumission peut faire perdre du temps et de l'argent aux investisseurs. Pour éviter des résultats aussi drastiques, il est fortement conseillé aux investisseurs étrangers de rechercher une assistance professionnelle pour leur investissement en capital en Turquie. De plus amples informations sur l'impôt sur les sociétés et les cycles fiscaux sont disponibles ici.   

Select Language »