Protection du droit d'auteur en Turquie

Emir Aksoy LL.M, LL.M. IP

Portée de la protection du droit d'auteur

La protection du droit d'auteur en Turquie est régie par la loi n° 5846 sur les œuvres intellectuelles et artistiques (ci-après dénommée « la loi »). Le droit d'auteur naît automatiquement à la création d'une œuvre, alors que l'« œuvre » est définie comme tout produit intellectuel ou artistique portant la caractéristique de son auteur, qui sont des œuvres qui relèvent des catégories ci-dessous :

  • scientifique et littéraire
  • musical
  • beaux-arts
  • cinématographique

Ces quatre catégories sont des numerus clausus, et sont donc énumérées de manière exhaustive. Même si les catégories sont limitées, il existe des sous-catégories pour chaque catégorie. Par exemple, les logiciels informatiques relèvent de la sous-catégorie des œuvres scientifiques et littéraires au sens de l'article 2 de la loi.

La Turquie est également membre de nombreux accords internationaux liés au droit d'auteur, qui sont énumérés ci-dessous :

La Turquie est également membre de nombreux accords internationaux liés au droit d'auteur, qui sont énumérés ci-dessous :

  • Convention de Berne pour la protection des oeuvres littéraires et artistiques par le droit d'auteur;
  • l'Accord sur les ADPIC;
  • la Convention de Paris;
  • la Convention de Genève pour la protection des producteurs de phonogrammes contre la reproduction non autorisée de leurs phonogrammes;
  • la Convention de Rome pour la protection des artistes interprètes ou exécutants, des producteurs de phonogrammes et des organismes de radiodiffusion de 1961 ;
  • Traité de l'OMPI sur le droit d'auteur ;
  • le Protocole de Madrid ; et
  • la Convention européenne sur la coproduction cinématographique.

Enregistrement du droit d'auteur Protection en Turquie

L'enregistrement de la protection du droit d'auteur n'est pas une exigence obligatoire pour l'établissement des droits, néanmoins, conformément à l'article 13 de la loi pour les films et les phonogrammes ainsi que pour les jeux informatiques, il existe une exigence d'enregistrement obligatoire afin d'empêcher la violation des droits, il y a aussi un moyen facultatif d'inscrire d'autres types d'œuvres protégées en vertu de la loi au registre administré par le ministère de la Culture et du Tourisme.

Le ministère ne peut être tenu responsable de ces procédures, qui sont basées sur la déclaration, mais les déclarations frauduleuses sont passibles des sanctions légales et pénales prévues par la présente loi. Les moyens mentionnés ci-dessus pour enregistrer votre droit d'auteur ne confèrent pas un droit sur les œuvres, mais donnent à l'auteur un avantage sur les autres parties en cas de conflit dans la propriété de l'œuvre.

Selon l'article 81 de la loi, il est obligatoire d'apposer des banderoles sur les exemplaires reproduits d'œuvres musicales et cinématographiques et sur les publications non périodiques (telles que les livres). Il est également obligatoire, à la demande de l'auteur ou de l'ayant droit, d'apposer des banderoles sur les copies reproduites d'autres œuvres facilement copiables. Les banderoles sont imprimées et vendues par le Ministère. Les banderoles peuvent également être vendues par l'intermédiaire des sociétés de gestion collective au prix de vente déterminé par le ministère.

Durée de la protection du droit d'auteur

La durée de protection du droit d'auteur commence lorsque l'œuvre devient publique. La durée de protection dure jusqu'à 70 ans après le décès de l'auteur et en cas d'auteurs multiples, la durée expirera 70 ans après le décès du dernier auteur survivant. Si l'auteur de l'œuvre est une personne morale, la durée expire 70 ans après que l'œuvre est devenue publique.

Violation du droit d'auteur

Une violation du droit d'auteur se produit dans les circonstances suivantes :

  • Atteinte au droit moral de l'auteur
  • Reproduction, distribution ou communication de l'œuvre sans l'autorisation légitime
  • Adaptation de l'œuvre sans l'autorisation légitime

Exemption de contrefaçon

Toutefois, il convient de noter que la loi prévoit également des exemptions pour les infractions susmentionnées. Par conséquent, dans certains cas, l'utilisation d'une œuvre protégée par le droit d'auteur peut ne pas constituer une violation du droit d'auteur même si elle tombe sous le coup des circonstances susmentionnées. Ceux-ci sont les suivants :

  • Utilisation due à l'ordre public ou à l'intérêt public
  • Usage personnel
  • Un but éducatif
  • Expiration du droit d'auteur.
  • Liberté de citation (limitée)

Type de réclamations en cas d'infraction

Le titulaire du droit d'auteur peut intenter des poursuites civiles et pénales contre le contrefacteur en cas d'infraction. Les actions civiles possibles sont la cessation de la contrefaçon, la prévention de la contrefaçon, le retrait et la destruction du matériel contrefait, les demandes de dommages-intérêts matériels et moraux et la publication du verdict du tribunal. Considérant que la responsabilité pénale pour violation du droit d'auteur est énoncée à l'article 71 de la loi. Il existe des sanctions allant d'amendes judiciaires jusqu'à 5 ans d'emprisonnement.

Tribunaux compétents et durée du procès

Les tribunaux civils et pénaux spécialisés en propriété intellectuelle situés à Istanbul, Ankara et Izmir sont compétents pour les litiges en matière de droit d'auteur. Dans d'autres villes, l'un des tribunaux civils ordinaires est désigné comme tribunal spécialisé en propriété intellectuelle et le droit d'auteur doit y être appliqué.

La durée typique d'une action en justice concernant le droit d'auteur en première instance prendrait entre 12 et 24 mois compte tenu de la complexité de l'affaire. La décision du tribunal de première instance peut faire l'objet d'un recours devant les tribunaux de district et cette procédure d'appel prendrait 12 mois supplémentaires. Enfin, les décisions des tribunaux de district peuvent faire l'objet d'un recours devant la Cour d'appel et ce processus prendrait 15 mois supplémentaires.

Select Language »